ahla montada
 
الرئيسيةاليوميةس .و .جبحـثالأعضاءالمجموعاتالتسجيلدخول

شاطر | 
 

 [color=red]la boite a merveille[/color]

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
Admin
Admin


المساهمات : 30
تاريخ التسجيل : 16/11/2011

مُساهمةموضوع: [color=red]la boite a merveille[/color]   السبت نوفمبر 19, 2011 6:34 am


Chapitre I



dar chouafaDeux élémentsdéclenchent le récit : la nuit et la solitude. Le poids de la solitude. Lenarrateur y songe et part à la recherche de ses origines : l’enfance.Un enfantde six ans, qui se distingue des autres enfants qu’il côtoie. Il est fragile, solitaire, rêveur, fasciné par les mondes invisibles. A travers les souvenirs del’adulte et le regard de l’enfant, le lecteur découvre la maison habitée par sesparents et ses nombreux locataires. La visite commence par le rez-de-chausséehabité par une voyante. La maison porte son nom : Dar Chouafa. On faitconnaissance avec ses clientes, on assiste à un rituel de musique Gnawa, et onpasse au premier où Rahma, sa fille Zineb et son mari Aouad, fabricant decharrues disposaient d’une seule pièce. Le deuxième étage est partagé avec FatmaBziouya. L’enfant lui habite un univers de fable et de mystère, nourri par lesrécits de Abdellah l’épicier et les discours de son père sur l’au-delà. L’enfantde six ans accompagne sa mère au bain maure. Il s’ennuie au milieu des femmes, Cet espace de vapeur, de rumeurs, et d’agitation était pour lui bel et bienl’Enfer. Le chapitre se termine sur une sur une querelle spectaculaire dont lesacteurs sont la maman de l’enfant et sa voisine Rahma.
الراوي يعاني الوحدة. من أجل قتل هذا الإحساس، سيحاول الراوي البحث في ذهنه عن ذكريات الماضي. لقد اختار فترة الطفولة حيث كان عمره لا يتجاوز 6 سنوات. كان الطفل يعيش حياتا تختلف عن باقي الأطفال: هو يحب كل ما هو محسوس، خيالي، و باقي الأطفال يفضلون الملموس. كان يقطن دار الشوافة، رفقة جيران أهمهم فتاة كان يكرهها بشدة: زينب. حياة الطفل تتراوح بين عالم الخيال، و القصص التي يرويها عبد الله البقال و التي ينقلها الأب .



Chapitre II


Visite d’un sanctuaire




Au Msid, école coranique, l’enfant découvre l’hostilité du monde etla fragilité de son petit corps. Le regard du Fqih et les coups de sa baguettede cognassier étaient sourcede cauchemars et de souffrance. A son retour, iltrouve sa mère souffrante. La visite que Lalla Aicha, une ancienne voisine, rendce mardi à Lalla Zoubida, la mère de l’enfant, nous permet de les accompagner ausanctuaire de Sidi Boughaleb. L’enfant pourra boire de l’eau de sanctuaire etretrouvera sa gaieté et sa force. L’enfant découvre l’univers du mausolée et sesrituels. Oraisons, prières et invocations peuplaient la Zaouia. Le lendemain, letrain quotidien reprenait. Le père était le premier à se lever. Il partaittôt à son travail et ne revenait que tard le soir. Les courses du ménage étaientassurées par son commis Driss. La famille depuis un temps ne connaissait plusles difficultés des autres ménages et jouissait d’un certain confort que lesautres jalousaient.
المكان الثاني الذي يرتاده الطفل هو المسيد، أو المدرسة القرآنية. اكتشف الطفل شراسة المكان و قساوة المعلم. كان دائم الالتصاق بأمه، يذهب معها إلى الحمام ليكتشف تفاهة الموفق، و يرافقها لزيارة الأولياء.
Chapitre III
Le repas des mendiants aveugles Zineb, la fille de Rahma est perdue. Une occasion pour lallaZoubida de se réconcilier avec sa voisine. Tout le voisinage partage le chagrinde Rahma. On finit par retrouver la fillette et c’est une occasion à fêter. Onorganise un grand repas auquel on convie une confrérie de mendiants aveugles. Toutes les voisines participent a la tâche. Dar Chouafa ne retrouve sa quiétudeet son rythme que le soir.
كان حدث اختفاء زينب مهما عند الطفل السي محمد. بعد أن عادت إلى الأسرة، أقيمت وليمة بالمناسبة. استدعي إليها كل فقراء الجهة. السي محمد و زينب قضوا يومهم يلعبون. في الليل، عاد السي محمد إلى غرفته، وأخذ علبة كان يجمع فيها الزجاج المكسر، و بعض المسامير والأحجار و كل ما وجده ملقى على الأرض. هذه الأشياء الغريبة تتحول مع السي محد إلى شخصيات و أبطال، يعيشون مهرجانات و آحتفلات... إلا هذه الليلة، أبت علبته العجيبة أن تلعب معه.
Le printempsChapitre IVLes ennuisde Lalla Aicha
Les premiers jours du printemps sont là. Lenarrateur et sa maman rendent visite à Lalla Aicha. Ils passent toute la journéechez cette ancienne voisine. Une journée de potins pour les deux femmes et dejeux avec les enfants du voisinage pour le narrateur. Le soir, Lalla Zoubidafait part à son mari des ennuis du mari da Lalla Aîcha, Moulay Larbi avec sonouvrier et associé Abdelkader. Ce dernier avait renié ses dettes et même plusavait prétendu avoir versé la moitié du capital de l’affaire. Les jugess’étaient prononcés en faveur de Abdelkader. L’enfant, lui était ailleurs, dansson propre univers, quand ce n’est pas sa boîte et ses objets magiques, c’est lelégendaire Abdellah l’épicier et ses histoires. Personnage qu’il connaît àtravers les récits rapportés par son père. Récits qui excitèrent son imaginationet l’obsédèrent durant toute son enfance.
نحن في بداية الربيع. قامت الأم وطفلها بزيارة لآلة عائشة: جارتها القديمة.
كانت فرصة للطفل ليطلع أكثر على حديث النسوان. لالة عائشة أحست أن الجيران يتنصتون عليها، فبدأت بمدحهم جهرا. بعدها اقتربت من الام، و بصوت خافث، بدأت تسبهم.
من جانبها، بدأت الام تسب جيرانها في دار الشوافة. سمت زوج رحمة حمارا، و زوج فاطمة بزيوية جردا حزينا حتى زوجها لم يسلم من مخالبها. بدأت في رسم صورة كاريكاتورية عنه.
لم يتحمل الطفل تصرف أمه. يحب والده كثيرا.
بدأ يرسم كاريكاتوريا عن أمه.
خرج الطفل ليلعب مع الجيران. لكن اللعب انتهى بخصام.
بدأت لآلة عائشة تشتكي لام الطفل من معاناة زوجها العربي مع شخص اسمه عبد الكبير.
في نفس الوقت، تذكر الطفل شخصا اسمه عبد الله البقال. إنه الرجل الذي يحكي قصصا و يغذي خيال الطفل. هذا الأخير يحبه كثيرا حتى و إن لم يره. يقوم الأب بنقل قصص عبد الله إلى الطفل السي محمد.
عبد الله البقال يجسد الراوي الشعبي.
Chapter VL’écolecoranique
.Journée au Msid. Le Fqih parle aux enfants de la Achoura. Ils ont quinze jours pour préparer la fête du nouvel an. Ils ont congépour le reste de la journée. Lalla Aîcha, en femme dévouée, se dépouille de sesbijoux et de son mobilier pour venir au secours de son mari. Sidi Mohamed BenTahar, le coiffeur, un voisin est mort. On le pleure et on assiste à sesobsèques. Ses funérailles marquent la vie du voisinage et compte parmi lesévénements ayant marqué la vie d de l’enfant.
مع آقتراب موعد عاشوراء، يتغير الفقيه مع التلاميذ. يصبح أكثر بشاشة معه. لان عاشوراء تحمل النقود و الهدايا للفقيه. لكن حدثا مهما أثر في نفس الطفل، حلاق الحومة مات. الحدث أرعب الطفل، و لحسن الحظ تدخل الأب، حكى قصة لابنه فارتاح هذا الأخير.
Chapter VI
Preparative de lafête
Les préparatifs de la fête vont bon train au Msid. Lesenfants constituent des équipes. Les murs sont blanchis à la chaux et le solfrotté à grande eau. L’enfant accompagne sa mère à la Kissaria. La fêteapprochait et il fallait songer à ses habits pour l’occasion. Il portera ungilet, une chemise et des babouches neuves. De retour à la maison, Rahma insistepour voir les achats fait à la Kissaria.Le narrateur est fasciné par son récitdes mésaventures de Si Othman, un voisin âgé, époux de Lalla Khadija, plus jeuneque lui.
بدأ الاستعداد لعاشوراء. كانت فرحة الطفل السي محمد مضاعفة: أولا لان الفقيه عينه مسؤولا عن فرقة التنظيف، و ثانيا لان عاشوراء تعني ملابس جديدة
Chapitre
VIILa fête del’Achoura
La fête est pour bientôt. Encore deux jours. Lesfemmes de la maison ont toutes acheté des tambourins de toutes formes. L’enfantlui a droit à une trompette. L’essai des instruments couvre l’espace d’unbourdonnement sourd. Au Msid, ce sont les dernières touches avant l e grandjour. Les enfants finissent de préparer les lustres. Le lendemain , l’enfantaccompagne son père en ville. Ils font le tour des marchands de jouets et nemanqueront pas de passer chez le coiffeur. Chose peu appréciée par l’enfant. Ilest là à assister à une saignée et à s’ennuyer des récits du barbier. La rueaprès est plus belle, plus enchantée. Ce soir là, la maison baigne dansl’atmosphère des derniers préparatifs.
Le jour de la fête, on se réveilletôt, Trois heures du matin. L’enfant est habillé et accompagne son père au Msidcélébrer ce jour exceptionnel. Récitation du coran, chants de cantiques etinvocations avant d’aller rejoindre ses parents qui l’attendaient pour le petitdéjeuner. Son père l’emmène en ville.
A la fin du repas de midi, Lalla Aichaest là. Les deux femmes passent le reste de la journée à papoter et le soir, quand Lalla Aicha repart chez elle, l’enfant lassé de son tambour et de satrompette est ************** de retrouver ses vieux vêtements.
انتهت الاحتفالات بعد أن قضى الطفل أياما من الاكتشافات مع والده و السوق و مع النساء و غيبتهن المتواصلة.
Chapitre VIIILes bijoux dumalheur
L’ambiance de la fête est loin maintenant et la vieretrouve sa monotonie et sa grisaille. Les premiers jours de chaleur sont là. L’école coranique quitte la salle du Msid, trop étroite et trop chaude pours’installer dans un sanctuaire proche. L’enfant se porte bien et sa mémoire faitdes miracles. Son maître est satisfait de ses progrès et son père est gonfléd’orgueil. Lalla Zoubida aura enfin les bracelets qu’elle désirait tant. Mais lavisite au souk aux bijoux se termine dans un drame. La mère qui rêvait tant deses bracelets que son mari lui offre, ne songe plus qu’a s’en débarrasser. Ilssont de mauvais augure et causeraient la ruine de la famille. Les ennuis deLalla Aicha ne sont pas encore finis. Son mari vient de l’abandonner. Il a prisune seconde épouse, la fille de Si Abderahmen, le coiffeur.
Si l’enfant seconsacre avec assiduité à ses leçons, il rêve toujours autant. Il s’abandonnedans son univers à lui, il est homme, prince ou roi, il fait des découvertes etil en veut à mort aux adultes de ne pas le comprendre. Sa santé fragile lui jouedes tours. Alors que Lalla Aîcha racontait ses malheurs, il eut de violents mauxde tête et fut secoué par la fièvre. Sa mère en fut bouleversée.
من الأحداث المهمة التي وقعت للطفل اكتشافه لسوق بيع و شراء المجوهرات. أحس بذل البائع و طمع المشتري. أحس بجشع الصانعين الذين يلعبون على غباء الاثرياء.
Chapitre IXUn ménage endifficulté
L’état de santé de l’enfant empire. Lalla Zoubidas’occupe de lui nuit et jour. D’autres ennuis l’attendent. Les affaires de sonmari vont très mal. Il quitte sa petite famille pour un mois. Il part auxmoissons et compte économiser de quoi relancer son atelier. L’attente, lasouffrance et la maladie sont au menu de tous les jours et marquent le quotidiende la maison. Lalla Zoubida ET Lalla Aicha, deux Amies frappées par le malheur, décident de consulter UN voyant, Sidi Al Arafi.
تردت حالة الطفل الصحية كثيرا. و لالة زبيدة تعتني به صباح مساء. لالة زبيدة تعاني أيضا مشاكل زوجها المادية. حال لالة عايشة لا يحسد عليه. بدأ الكل يفكر في أن عينا ضربتهم (تقويسة)
الأب، السي عبد السلام، سيغادر الدار بحثا عن موارد رزق. عاش الطفل و أمه حالة خوف رهيبة.
ChapitreXSuperstitions
Les conseils , prières et bénédictions deSidi Al Arafi rassurèrent les deux femmes. L’enfant est fasciné par le voyantaveugle. Lalla Zoubida garde l’enfant à la maison. Ainsi, elle se sent moinsseule et sa présence lui fait oublier ses malheurs. Chaque semaine, ils vontprier sous la coupole d’un saint. Les prédications de Sidi A Arafi se réalisent. Un messager venant de la compagne apporte provisions, argent et bonne nouvellesde Sidi Abdesalam. Lalla Aicha invite Lalla Zoubida. Elle lui réserve unesurprise. Il semble que son mari reprend le chemin de la maison.
زارت النساء المتضررات سيدي العرافي، و هو شواف، لينفعهم ببركاته. الطفل أعجب بالعراف الأعمى.
ChapitrePapotage de bonnesfemmes
Thé et papotage de bonnes femmes au menu chez LallaAicha. Salama, la marieuse, est là. Elle demande pardon aux deux amies pour lemal qu’elle leur a fait. Elle avait arrangé le mariage de Moulay Larbi. Elleexplique que ce dernier voulait avoir des enfants. Elle apporte de bonnesnouvelles. Plus rien ne va entre Moulay Larbi et sa jeune épouse et le divorceest pour bientôt. Zhor, une voisine, vient prendre part à la conversation. Ellerapporte une scène de ménage. Le flot des potins et des médisances n’en fint paset l’enfant lui , qui ne comprenait pas le sens de tous les mots est entraînépar la seule musique des sylla******.
Chapitre XII

Un conte de fée a toujours une chuteheureuse
La grande nouvelle est rapportée par Zineb. MaâlemAbdslem est de retour. Toute la maison est agitée. Des you éclatent sur laterrasse Les voisines font des vœux. L’enfant et sa mère sont heureux . Driss, est arrivé à temps annoncer que le divorce entre Moulay Larbi et la fille ducoiffeur a été prononcé. La conversation de Driss El Aouad et de MoulayAbdeslem, ponctuée de verres de thé écrase l’enfant. Il est pris de fatigue maisne veut point dormir. Il se sent triste et seul. Il tire sa Boite àMerveille de dessous son lit, les figures de ses rêves l’y attendaient.
عاد أب الطفل، وعمت الفرحة المنزل. فيحديثه مع ادريس العواد، علم أب الطفل أن مولاي العربي قد انفصل
مع زوجته الثانية. لكن الطفل مازال يعاني من الوحدة. ذهب إلى سريره ليلعب مرة أخرى بعلبة العجيبة.
في هذا الجزء يعرف لنا الكاتب رواية السيرة الذاتية بوصفها سرد أحداث وفي بعض الأحيان أحداث مخترعة وغير حقيقية.
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو http://alhoriya.alafdal.net
 
[color=red]la boite a merveille[/color]
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1
 مواضيع مماثلة
-
» name color garena
» [color=red]سروري[/color]
» EXERCICE DE LA BOITE A MERVEILLES
» [color=red]دعاء الطالب المجتهد[/color]
» [b][color=red]اقريها و اعملي بها وانشريها اذا تبين الخير[/color][/b]

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
alhoriya :: الفئة الأولى :: المنتدى الأول :: francai-
انتقل الى: